Edito

 

  Exposer pour préserver, tel est le mot d’ordre du Festiphoto, depuis sa première édition, en 2010.

La photographie, parce qu’elle fait appel à la sensibilité artistique et à l’émotion, constitue un vecteur efficace, pensons-nous, de la vigilance nécessaire au respect de la nature, à la compréhension profonde des éco-systèmes – dont les humains sont partie prenante. La croissance démographique, nos modes de consommation et de production ont mis à mal aussi bien la faune que la flore, cette biodiversité dont on découvre peu à peu l’importance cruciale pour la survie de l’humanité. De nombreux photographes naturalistes souhaitent, par l’image, partager leur émotion mais aussi leurs inquiétudes sur le futur de notre Terre. Tant de beautés menacées par nos comportements !

Même si nos activités sont multiples, le temps fort reste le Festiphoto qui a lieu le dernier week-end de septembre, les années impaires. Nous avons commencé à le préparer, en intégrant une nouveauté dans l’édition de 2021. En collaboration avec la Bergerie nationale, dans le cadre du Festiphoto, nous organiserons une université d’été : Les rencontres de la biodiversité. Il s’agira de rassembler sur deux jours un public informé, des scientifiques, des associations participant aux recherches collaboratives, des agriculteurs lancés dans la transition et des photographes. Nous avons aussi commencé à contacter les photographes du domaine qui est le nôtre, la photographie animalière et naturaliste, afin d’inviter de belles expositions en consonance avec le thème de la biodiversité retenu pour les rencontres.

Le Festiphoto est aussi l’occasion d’organiser un concours de photographies dont les lauréats seront exposés lors de ce dernier week-end de septembre 2021, sous le titre  La forêt enchantée. L’appel à participation au concours sera diffusé très bientôt.

Enfin, l’année 2020 est d’ores et déjà marquée par l’exposition du Best of du Concours 2019 à l’Espace Rambouillet, par l’organisation de plusieurs soirées d’observation des chouettes, et d’une journée spécifique « photographie à la période du brame», à l’Espace Rambouillet en septembre 2020.

Nous vous souhaitons de profiter pleinement de votre liberté retrouvée pour aller à la découverte de nouveaux milieux et y réussir de superbes clichés !